Au coeur de Roubaix, le réemploi fait lien

La Braderie de l’Art et Triselec mettent leur matière en commun

La ville de Roubaix serait-elle devenue un lieu inspirant pour l’économie circulaire ? Début février, l’Institut national de l’économie circulaire a inauguré ses premières rencontres régionales au coeur des Hauts-de-France. L’occasion de mettre un coup de projecteur sur les engagements d’acteurs locaux qui ont choisi de suivre un nouveau modèle économique et sociétal. Le réemploi se trouve bien souvent au coeur de ces enjeux. Pour la Braderie de l’Art, Triselec et Fibr’& Co, il est devenu le lien indéfectible entre la culture, le recyclage et l’insertion professionnelle.

Tout nordiste qui se respecte connaît la Braderie de l’Art à Roubaix. Depuis 1991, cet événement a lieu le premier week-end de décembre. Pendant 24h non stop, 150 artistes et designers se réunissent sur 2000 m2  pour redonner une seconde vie « artistique » à quelque 3000 m3 d’objets ou de matériaux, voués à être jetés. Cette manifestation, initiée par Fanny Bouyagui, artiste plasticienne de renom et fondatrice de l’association Art Point M, revêt aujourd’hui une notoriété européenne et évolue dans le . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article