Le réemploi solidaire, oublié de la politique déchets

A quelques jours de la publication officielle de la FREC, les filières du réemploi solidaire craignent encore une fois, que les recycleries et les Ressourceries soient les grandes perdantes de cette politique, pourtant engagée dans l’économie circulaire. Aucun objectif chiffré, aucune stratégie précise ne semblent émaner de ces travaux. Le réemploi, impliquant à la fois la réutilisation d’objets en fin de vie et la remise de personnes sur le marché de l’emploi, n’a pas trouvé d’écho auprès de l’État, qui ne semble toujours pas comprendre les enjeux.

En 2008, la directive-cadre déchets a placé le réemploi au sommet de la hiérarchie des modes de traitement des déchets. La « prévention de la production de déchets » ainsi que la « préparation des déchets en vue de leur réutilisation » sont ainsi considérés comme prioritaires sur l’incinération ou l’enfouissement des déchets. Cependant, à ce jour, aucun taux n’a été défini comme objectif de réemploi, puisque l’objectif de 50 % concerne à la fois le réemploi et le recyclage. Hors secteur marchand, le . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article