Le canton de Genève transforme ses ZI en écoParcs

La FTI accompagne les entreprises dans leur transition éco-industrielle

Mutualiser une surveillance nocturne ou une collecte de déchets, investir dans l’installation de panneaux solaires sur des bâtiments administratifs ou industriels, se raccorder à un réseau de chaleur bénéficiant à toutes les entreprises, c’est le sens donné au projet écoParcs en Suisse. Impulsé par le canton de Genève il y a quatre ans et géré par la FTI (Fondation pour les terrains industriels), ce programme vise ni plus ni moins à transformer les quelque 44 parcs d’activités genevois, en modèles d’écologie industrielle.

Comment en quelques années, une politique locale peut-elle initier une mutation économique et environnementale significative dans l’aménagement urbain et industriel d’un territoire ? Tout commence dans les années 60 alors que le canton de Genève confie à l’opérateur de droit public FTI (Fondation pour les terrains industriels), la gestion de l’ensemble des périmètres industriels du canton. L’idée : mettre des terrains bon marché à disposition des entreprises industrielles et artisanales. Quelques décennies plus tard, les prises de conscience environnementales, les contraintes économiques et la pression foncière . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article