Le secteur logistique repense la gestion de ses déchets

Le Parc de Chesne amorce un début d'écologie industrielle

La première plateforme logistique française est située en Isère sur le Parc d’activité de Chesne. Elle accueille 2,3 millions de m² d’entrepôts et 10 000 emplois directs. Un enjeu économique et environnemental tel, que l’association Pôle d’Intelligence Logistique (Pil’es), la Capi (Communauté d’agglomération Porte de l’Isère) et la CCI Nord-Isère ont lancé il y a un an, un groupe de travail sur la gestion des déchets. Ce projet vise à court terme à réduire les coûts de gestion des entreprises et à favoriser l’émergence d’une écologie industrielle.

L’histoire remonte à deux ou trois ans lorsque plusieurs entreprises de la zone d’activité située sur les deux communes de Satolas-et-Bonce et Saint-Quentin-Fallavier font appel à un service mutualisé de gardiennage. L’opération est un succès et rapidement, une réflexion émerge sur d’autres possibilités d’actions. En 2017, plusieurs entreprises décident de se pencher sur la gestion de leurs déchets, partant du constat qu’ elles génèrent les mêmes types de flux d’emballages industriels (cartons, palettes . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article