VITIVALO cherche à valoriser les déchets viticoles

Des alternatives au brûlage à l’air libre en Pays de Savoie

Le Pays de Savoie connaît depuis plusieurs hivers, des épisodes de pollution aux particules fines. Principales sources d’émissions : les cheminées à foyer ouvert, le trafic routier, mais aussi, le brûlage à l’air libre des végétaux d’origine agricole. Interdite aux particuliers, cette pratique a été exclue l’an dernier par arrêté préfectoral pour les déchets verts de l’agriculture, dont les résidus viticoles. Le projet VITIVALO, lancé début juin pour quatre ans, mise sur plusieurs pistes de valorisation à l’échelle locale, avec l’adhésion de tous les acteurs de la filière.

Il suffit parfois d’un élément déclencheur qui fait prendre conscience d’une situation et qui oblige à changer ses habitudes. Depuis décembre 2017, un arrêté préfectoral interdit lebrûlage à l’air libre des déchets agricoles dont ceux des activitésviticoles. Cette mesure concerne le territoire savoyard, et vise à réduire au maximum les sources de pollution atmosphérique. Les tensions palpables entre les habitants, les élus et les agriculteurs ont conduit le préfet à prendre cette décision, qui aujourd’hui implique la réorganisation rapide de la fili . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article