La plasticulture veut mieux recycler ses films usagés

Une unité de pré-traitement des films souillés pour 2020

Lors de la dernière édition du SIVAL, le salon des productions végétales, à Angers mi-janvier, la plasticulture a exprimé ses inquiétudes face à une réglementation française et européenne toujours plus hostile aux produits plastiques. Le recyclage des films agricoles usagés se dégrade depuis plusieurs mois et les conséquences économiques sont pesantes. Grâce à son engagement volontaire, la filière travaille sur plusieurs pistes de prévention et de valorisation. Avec l’idée d’approcher les 100 % de recyclage d’ici à 2022.

La filière de la plasticulture se sent aujourd’hui menacée. En Europe, comme en France, les textes prévoient une interdiction de mise en décharge des déchets plastiques d’ici à une dizaine d’années. Par ailleurs, une directive européenne sur l’interdiction de certains produits en plastique à usage unique devrait entrer en vigueur en 2021. Si les plastiques agricoles ne sont pas à ce jour dans le viseur, le CPA (Comité des Plastiques en Agriculture) considère qu’ils pourraient devenir une cible, comme par exemple les paillages conventionnels. « Je ne crois pas cependant à une taxation spécifique sur les plastiques agricoles . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article