Le déploiement toujours timide du CSR en France

Un benchmarking européen pour booster la filière

Comment accélérer la réduction de la mise en décharge en France ? Plusieurs solutions parmi lesquelles l’augmentation de la TGAP mais aussi et surtout, des traitements alternatifs pour les flux de déchets. Le développement du marché des combustibles solides de récupération (CSR) en fait partie. A ce jour, on ne peut pas dire que l’activité soit très développée dans l’hexagone. Pour comprendre cette relative lenteur, un benchmarking est mené depuis l’an dernier à l’initiative du ministère de l’Economie et du réseau Record. Les travaux ont été réalisés par le bureau d’études RDC avec le soutien de l’Ademe. L’étude, toujours en cours, aidera peut-être cette filière française à rebondir.

L’objectif de réduction de 50 % du tonnage de déchets enfouis à l’horizon 2025 va conduire à détourner quelque 12 millions de tonnes de déchets de l’enfouissement, selon l’Ademe. Il faudra, pour une partie du gisement, créer des centres de tri afin d’extraire les matières recyclables, qui pourraient générer alors des refus de tri plus ou . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article