Le projet CEDaCi gère la fin de vie des data centers

Trois partenaires français en charge du recyclage

Ils sont près de neuf millions dans le monde, 63 000 en Europe. Les data centers sont devenus indissociables d’une société connectée, avide d’objets numériques et d’intelligence artificielle. Si les constructeurs et les exploitants s’attachent à rendre les serveurs informatiques moins énergivores, leur fin de vie reste au second plan. Pourtant ces DEEE géants représentent une « mine d’or ». Le projet européen Interreg CEDaCI cherche des solutions de recyclage et de sécurisation des données. Parmi les six partenaires fondateurs, trois acteurs français avec la start-up WeLOOP, le pôle Team2 et Terra Nova Développement.

Les data centers sont partout dans le monde, mais restent surtout concentrés dans les pays à climat frais ou froid. Cherchant des conditions idéales de fonctionnement, les exploitants sont davantage installés en Amérique du Nord ou le plus souvent au Nord-Ouest de l’Europe. C’est le cas au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas et en France où se trouvent 66 % du parc européen. En moyenne, les équipements de serveurs numériques sont renouvelés entre un et cinq ans. Cette dur . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article