Le recyclage des panneaux photovoltaïques entre dans le dur

L'Europe se prépare avec les projets Cabriss et Circusol

Le marché du panneau photovoltaïque entre dans l’âge adulte et s’apprête à connaître ses premiers gros gisements en fin de vie, au cours des cinq prochaines années. En attendant, comment le marché mondial se prépare ? Huit millions de tonnes de panneaux photovoltaïques sont annoncées pour 2030. L’Europe a réglementé la collecte et le traitement au sein de la directive DEEE il y a environ six ans. Dans plusieurs pays, la R&D fait émerger des solutions performantes et durables. Malgré un parc installé encore modeste, la France se positionne en précurseur d’un recyclage de pointe.

Selon l'agence internationale des énergies renouvelables, Irena, les flux cumulés de déchets de panneaux photovoltaïques (PV) auraient atteint fin 2016, entre 44 000 et 250 000 tonnes, soit près de 0,6 % de la masse installée à l’échelle mondiale. Ces chiffres peuvent paraître ridicules au regard des gisements de DEEE (plus de 42 millions de tonnes en 2014) et des panneaux installés (4 millions de tonnes en 2016). Pourtant, l’évolution est rapide et impose un travail anticipé pour collecter et valoriser . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article