OSIRX donne de la valeur aux cartes électroniques

Recycler les métaux précieux issus des cartes électroniques est une chose ; en connaître la valeur financière exacte en est une autre. A ce jour, aucun dispositif ne permet de quantifier avec précision les composants des cartes imprimées. Le projet OSIRX pourrait changer la donne. Mis au point par deux jeunes ingénieurs français, le procédé se traduit aujourd’hui par la création de trois machines prototypes, en cours de tests. Les premières commercialisations sont prévues pour 2020.

L’un a fait ses premiers pas dans les Travaux Publics, l’autre a été formé à l’école des Mines de Saint-Etienne dans la micro-électronique. Aloïs Lien et Youssef Menjour ont fondé en 2016, la société Compagnie de France pour développer une activité de recyclage des métaux précieux, provenant de cartes électroniques. Au départ, l’idée était de contribuer au traitement de ce flux généré dans les pays du Moyen-Orient, ne disposant pas d’infrastructures adéquates. Démarchant plusieurs grandes sociétés françaises pour leur présenter leurs travaux de recherche et nouer des partenariats . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article