La filière des emballages plastiques vent debout

Les fabricants face à l’enjeu du recyclage et des interdictions

Avec un parc de 320 entreprises en France, pour 38 000 salariés et plus de 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires, l’industrie de l’emballage plastique rigide et souple est confrontée aujourd’hui à un double enjeu : une économie circulaire qui pousse à une meilleure recyclabilité des produits mis en marché ; une interdiction possible en France à court terme de plusieurs catégories de produits et emballages plastiques. Plus que jamais, la filière se mobilise pour répondre aux exigences environnementales, tout en craignant l’effet contre-productif du plastic-bashing.

Dix ans après la crise des matières premières, et surtout celle du prix du pétrole, l’industrie des plastiques a refait surface et dans plusieurs secteurs, enregistre un regain de dynamisme. C’est le cas du secteur français de l’emballage plastique rigide et souple qui a maintenu sa croissance en 2017, grâce en partie à des investissements dans l’innovation. Selon l’étude économique menée par Asterès pour Elipso, la production d’emballages plastiques a ainsi augmenté de 5 % l’an dernier. Cette croissance de la production devrait être encore positive en 2018, de l’ordre . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article