Comment recycler les métaux critiques ?

En France, on n'a pas de cobalt mais on a des idées

Point commun entre l’industrie mécanique, aéronautique, automobile, les fabricants d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques ? Leurs besoins en métaux critiques. Difficiles et onéreux de se les procurer, souvent produits à l'autre bout du monde, ces métaux sont pourtant le nerf de la guerre de l'industrie occidentale. En France, le recyclage de déchets métalliques pourrait fournir une partie de ces matières, mais plusieurs freins restent à lever.

Depuis plusieurs années, la Commission européenne liste une série de matières premières critiques, dont une majorité de métaux stratégiques pour l’industrie (27 depuis la révision de la liste l’été dernier, contre 14 auparavant). De toute évidence, la France n’a pas d’autre moyen aujourd’hui que de recourir à ces métaux mais elle a les moyens à l’instar d’autres pays européens de réduire sa dépendance à l’importation. Parmi les pistes possibles : le développement de la R&D sur le recyclage des métaux critiques. L’Ademe et le cabinet Deloitte développement durable, ont pu dresser l’inventaire et l’analyse des procédés . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article