La filière de l’événementiel en quête de modèle durable

L’Unimev incite à une meilleure gestion des flux

Chaque année, en France, 4000 salons, congrès et foires déroulent le tapis rouge sur environ 200 sites. Le secteur de l’événementiel représente quelque 7,5 milliards d’euros de recettes directes et indirectes. Pour les organisateurs d’espaces et d’événements, l’empreinte environnementale prend une place croissante. Gestion des déchets, éco-conception des stands et consommation énergétique font désormais partie des coulisses. Depuis deux ans, l’Union nationale des métiers de l’événement (Unimev) propose un calculateur de performance environnementale. En 2019, les priorités d’actions portent sur la gestion des flux et une réflexion sera engagée sur l’opportunité d’une filière REP.

Fini les km de moquettes jetés à la benne tout-venant, les papiers et les canettes qui jonchent le sol dans les allées d’exposition des nouveaux jeux vidéo (ndlr. premières éditions de la Paris Games Week, il y a dix ans). A part quelques débordements de poubelles, observés encore à l’occasion, le monde de l’événementiel améliore son image et son empreinte carbone, en gérant mieux ses d . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article