Le rechapage à la reconquête du pneu poids lourd

Le « green deal » français souffle sa première bougie

Le pneu rechapé prend tout son sens écologique et économique aujourd’hui à l’heure des véhicules propres et d’une politique orientée vers plus d’économie circulaire. Il y a un an, le gouvernement français inaugurait son premier « green deal » avec le rechapage des pneus. Objectif : redorer l’image du pneu rechapé auprès des transporteurs routiers et lutter contre une distorsion concurrence qui plombe la filière depuis dix ans. Premier bilan des actions et des résultats.

Il peut générer une économie de 35 % de matières premières et une diminution de 50 % de déchets produits. Ses vies multiples lui permettent de rouler pendant 660 000 km. Le pneu rechapable a semble-t-il toutes les qualités pour équiper un camion, un bus, un engin agricole ou des avions. Et pourtant, depuis 2012, ses ventes reculent dans la catégorie poids lourds, passant de 50 % à 39 % en 2017. Dans cinq pays européens (France, Italie, Allemagne, Espagne et Royaume-Uni) cités par l’étude EY*, le marché du pneu rechapé est en baisse de 20 % depuis . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.