Le recyclage des terres inertes franciliennes manque d’impulsion

Le Grand Paris Express met la pression sur la valorisation des terres excavées

Une consommation sobre et responsable des ressources naturelles est inscrite dans la Loi de transition énergétique. D’ici à 2020, 70 % des matériaux utilisés dans les travaux routiers devront être issus du recyclage. A ce titre, la gestion des déchets non dangereux inertes est un enjeu national. Les quantités de terres excavées en France sont estimées à 130 millions de tonnes. En Ile-de-France, les chantiers du Grand Paris Express vont générer 45 millions de tonnes de déblais. Si le réemploi et le recyclage sont préconisés par la loi, sur le terrain, l’enfouissement et le comblement de carrières ont encore toute leur place.

Gérer les terres inertes excavées issues de chantiers n’est pas aussi simple qu’on pourrait l’imaginer. Malgré leur caractère inerte, ces terres sont soumises à des réglementations drastiques, dès lors qu’elles sont aujourd’hui encore, considérées comme des déchets. Pourtant, il s’agit bien de terres et de matériaux qui ne subissent pas de modification physique, chimique ou biologique importante. Les matériaux inertes ne se décomposent pas, ne . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article