Les générateurs d’aérosols dans le viseur des centres de tri

Un guide de recommandations prévu au printemps

On les trouve dans les flux ménagers, mais aussi avec les déchets diffus spécifiques (DDS) ou encore parmi les déchets pharmaceutiques. En aluminium ou en acier, les générateurs d’aérosols sont envoyés en partie dans les centres de tri avec les emballages métalliques. En raison des résidus liquides ou gazeux, leur traitement n’est pas sans risque, pouvant être la cause, dans certains cas, de départs d’incendies et d’explosions. Le Comité français des aérosols (CFA) aide Citeo à finaliser le premier guide de recommandations pour sécuriser la mise en balle des générateurs d’aérosols en aluminium. Autre nouveauté : la compilation des premiers chiffres sur les gisements collectés par filière.

Brumisateur, spray désinfectant, mousse à raser, décapant pour four, désodorisant, insecticide, spray de peinture, etc. : les produits aérosols font partie de notre quotidien. Chaque Français en consomme en moyenne 10 par an, soit un total estimé à 680 millions d’unités. La moitié des usages concerne la cosmétique, 10 % le nettoyage ménager, 37 % la pharmacie et l’automobile. Avec 797 millions de g . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article