L’insertion professionnelle, vivier de métiers pour l’économie circulaire

Réemploi, tri, démantèlement, collecte, dépollution, réparation, ces activités manuelles pratiquées dans l’insertion professionnelle nécessitent parfois des formations spécifiques. Les structures d'insertion, censées faire le relais avec le monde réel pourraient devenir un vivier de métiers et de compétences pour l’économie circulaire. Une étude réalisée en Ile-de-France montre pourtant un déficit d’image.

Selon le contrat d’étude prospective (CEP) sur la filière déchets publié par la Dirrecte Ile-de-France en 2017, les activités de collecte, de réemploi et de tri vont connaître une forte progression. Les métiers de chauffeur poids lourds, caristes, opérateurs de tri et polyvalents seront aux premières loges. C’est là que les entreprises d’insertion professionnelle peuvent jouer un rôle central. En région francilienne, les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) sont plus de 400 dont une cinquantaine orientées vers l’économie circulaire. En 2015, le recyclage et la collecte se trouvaient au 3e rang des secteurs d’activité derrière les espaces verts et le BTP.
Enquête . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.

Partagez cet article