Reboa se penche sur les déchets de bois d’outre-mer

Valdelia, porteur du projet, mise sur le bois composite

« Freiner les exportations de déchets à valoriser vers la métropole, tout en important moins de produits et de matières premières, c’est tout l’intérêt de l’économie circulaire dans les territoires d’outre-mer ». Ces propos mentionnés par l’Ademe dans un dossier intitulé : « l’outre-mer mise sur l’économie circulaire » pourraient tout à fait coller au projet Reboa - Recyclage BOis dans les Antilles - lancé par l’éco-organisme Valdelia. L’objectif : trouver des pistes de valorisation locales pour les déchets de bois d’ameublement.

Que faire des déchets générés aux Antilles, dès lors qu’on se trouve sur des espaces insulaires et qu’il existe peu d’infrastructures pour les valoriser ? L’enfouissement semble la voie la plus utilisée, même si les collectivités font des efforts importants sur la collecte sélective. Ainsi, 60 % des déchets sont encore éliminés en décharge en Martinique, et de 80 à 90 % dans les autres territoires et départements d’Outre-Mer, selon l’Ademe. Une fois stockés, certains déchets se dégradent rapidement au contact de l’air ou de . . .

Ce contenu est réservé aux abonnés du site L'écho circulaire, si notre contenu vous intéresse, découvrez nos offres d'abonnements.